Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Village et Avenir
  • Le blog de Village et Avenir
  • : L'aide aux populations des villages reculés de la Région des Savanes au Togo.
  • Contact

Pages

11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 23:40

Une journée bien remplie.

La journée a commencé par la visite des officiels, c'est comme cela en Afrique, on ne vient pas dans une ville sans se présenter avec toutes les civilités d"usage. Surtout quand on a remué ciel et terre pour préparer l'arrivée des deux avions.

L'autorisation a été donnée par le Ministre des Armées le 3 novembre, donc notre présence ici ne passe pas inapercue.
Nous nous présentons au secrétaire général de la Préfecture de Tone dont dépend Dapaong. Moment surprenant ou rien ne se dit mais on s'installe dans une ambiance bon enfant, on prend quelques photos et le secrétaire général nous annonce qu'il ne veut pas que nous partions sans qu'il ait touché aux avions. Promesse lui est faite que nous le préviendrons de l'arrivée de nos aviateurs, il nous accompagnera donc à l'aérodrome.

Puis nous partons rencontrer le commandant de la gendarmerie de la région des Savanes, un homme charmant qui nous explique qu'il a mis tout en oeuvre pour que notre séjour se passe dans les meilleurs conditions, ses hommes ont préparé la piste d'atterrissage et vont assurer la garde nocturne des avions pendant le séjour de nos pilotes.

Quelques photos, comme c'est l'usage, et avant de partir il nous propose une escorte afin d'assurer notre sécurité, devant notre embarras et nos questions sur la réalité d'un danger, d'ailleurs quel danger peut il y avoir dans cette région ? il se ravise et nous dit que c'est pour "faciliter" les choses en cas de problème.
Nous voilà donc avec un gendarme, uniforme, pistolet et menottes pour nous qui venons en ami dans cette région. Je découvrirai ensuite qu'il y a encore de temps en temps des coupeurs de route et qu'ils sévissent souvent après la saison des pluies, période ou les populations arrivent à gagner un peu d'argent avec leur maigre récolte.

Puis nous prenons la route pour le village de Tamatougou, un village de 3 000 habitants très difficile d'accès, la route principale est en train d'être réalisée à grand renfort de latérite et de ciment, on mange de la poussière, puis nous la quittons pour un chemin de terre et de pierre, l'herbe est si hausse que l'on a l'impression de naviguer sur des eaux, mais les trous et les pierres nous rappellent que nous sommes sur la terre ferme, j'ai mal au dos, très mal, Jonas conduit son 4x4 d'un autre temps, comme s'il faisait un rallye, je pense au pilote du Dakar et je me dit que ce n'est pas pour moi. On avait imaginé avec Patrick s'engager dans cette course mythique, il y a quelques années ...

Nous arrivons au village, l'objet de notre visite est double, j'ai acheté du matériel pédagogique pour l'école et surtout, nous devons faire le point sur le forage en cours.

Nous sommes accueillis par des centaines d'enfants et rapidement le directeur nous demande des nouvelles de Sophie, ils avaient sympathisé lors d'un précédent voyage.

Le matériel pédagogique fait sensation auprès des instituteurs qui nous remercient mille fois ; viennent rapidement quelques doléances : des planisfères, des livres d'école (c'est prévu), des semences et de l'engrais, (je ne comprends pas ce que cela vient faire, mais nous écoutons) et d'autres salles de classe.

Il est vrai que 550 élèves fréquentent cette école, dont 75 le jardin d'enfants (notre maternelle) et il n'y a que trois classes en dur et 2 apatams (classes en extérieur). Comment dispenser un enseignement de qualité dans ces conditions ?
Je m'engage donc à notre retour en France à étudier cette demande avec mes amis de Village et Avenir.

Puis nous partons voir les différents essais infructueux de foration avant d'arriver au lieu définitif. Là, nous avons un débat sur l'éloignement de ce lieu par rapport à l"école, notre voeu est que les enfants aient de l'eau pour se laver les mains en sortant des lattrines et pour se rafraîchir. Nous sommes d'ailleurs trempés tellement il fait chaud.
Jean Claude propose donc une idée lumineuse, celle de l'acquisition d'un âne, une citerne et des pots en terre devant chaque classe. Les élèves les plus grands devant aller chaque jour chercher de l'eau pour les plus petits.
Le débat est clos, super.

Nous repartons et arrivés à nos voitures, le directeur nous invite a déjeuner, le chef du village y tient et nous, nous pensons à nos estomacs. Je déguste donc du bout des lèvres de la pintade grillée (c'est le plat national) et Jean Claude s'en sort mieux que moi, il ne mange rien et parle pour détourner l'attention. Il est trop fort.

Retour à l'hôtel, une bière, une douche et nous voila repartis en réunion pour rencontrer la société qui réalise les forages et celle qui va construire l'école de Djantjougou. Là, pas de photos, une réunion sérieuse à l'européenne et à l'africaine.
Nous sommes contents car on nous garantit que le forage sera opérationnel en janvier et l'école terminée en juin.

La journée touche à sa fin, quelques échanges de sms avec Patrick sur l'état de la piste et sur l'organisation du Coin du Feu, je vous en parlerai demain ...

Serge

Partager cet article

Repost 0
Published by villageetavenir - dans Santé
commenter cet article

commentaires

lydia 13/11/2011 09:18


j'imagine bien la difficulté de chaque jour, plus le soleil et la chaleur et bien évidement trouver le "haut débit" pour nous donner des nouvelles... où est passée la journée du 12 ???? où sont les
avions ???? arrivés et déchargés sans aucun doute pour le plus grand bonheur de tous.Des photos on veut des photos ... amicalement lydia